Prochaine exposition en préparation

Août 12, 2020 | Actualités

Une exposition est en préparation. Ce sont 35 agrandissements, des tableaux photo de 60 x 90 cms et 40 x 60 cms. Ces tirages sur papier photo fuji, sont contrecollés sur un support en dibond.

Le thème de l’exposition tourne autour de ces instants particuliers, en période hivernale, lorsque le plafond de pollution empêche en même temps un gel vif la nuit et le dégel d’après-midi ensoleillés. Une photo du Mont Blanc prise près de Sallanches montre bien l’épaisseur de la couche d’atmosphère polluée (janvier 2017, milieu de journée). Le gel et le dégel se succèdent sans jamais vraiment passer du liquide au solide, de façon uniforme. Une sorte de mille-feuille parfois sur de grandes surfaces crée un effet de diffractions multiples aux effets inattendus.

Cristallisations, incrustations, tout est différent dans ces conditions et sous cette lumière colorée et tamisée. Différent qu’en neige gelée sous un plein soleil et une température négative. Une autre particularité est la cristallisation de la neige assez différente de celle observée d’habitude en plein hiver. Photographiés aux mêmes endroits plusieurs jours de suite avec des rapports de grossissement de 1/1 à 3/1, donc assez faibles, on obtient des agrandissements de cristaux en 60 x 90 cms très différents d’un jour à l’autre. Et surtout des effets de cristallisation étonnants et très beaux.

A noter que les insectes et surtout les abeilles paient alors un lourd tribut. En 2017 30% de certains ruchers ont été perdus. Les abeilles à peine posées sur cet espèce de magma sont aussitôt piégées. Les photos montrent des abeilles gelées en position d’envol impossible. On a pu noter aussi au printemps la prolifération d’insectes et autres limaces, ne sortant pas l’hiver, qui d’habitude sont éliminés en partie par un froid plus vif. Et cela s’amplifie lorsque la situation dure plusieurs jours de suite. En janvier 2017 cette météo s’est maintenue plus d’une semaine, sans jamais voir le soleil pourtant présent, autrement qu’en lumière tamisée.

La plupart des photos sont tirées de prises de vue réalisées à Montailleur et environs à une moyenne de 500 mètres d’altitude. D’autres près de Thyez, Cluses, Sallanches, Albertville. Un beau sujet pour une exposition de fin d’année. Alors à bientôt j’espère.